Chatterie du Preux Seingalt

Chatterie du Preux Seingalt

Comment aborder le deuil de son chat ...

Comment aborder le deuil de son chat ?

 

La vie est ainsi faite que dans une vie d'homme il y a plusieurs vies de chat. Le bonheur de croiser et partager leurs chemins ne va pas sans la déchirure qu'ils nous quittent un jour, sans crier gare ou en ayant pris soin de nous y préparer longuement.

Envisager l'après ...

L'espérance de vie de nos chats a beaucoup progressé, leur permettant de partager nos vies pendant une bonne quinzaine d'années voire beaucoup plus. Certains chats taquinent encore bien la souris à plus de 24 ans, et sont capables de faire la loi lorsqu'ils vivent au sein d'une petite communauté de chats, souvent respectueux des privilèges de l'âge.
L'arrivée d'une maladie chronique – insuffisance rénale chronique, hyperthyroïdie, hypertension artérielle, arthrose – nous prépare souvent à envisager le bout du chemin. Mais les soins bien légitimes que nous leur portons, en leur administrant des médicaments, les aidant dans le quotidien (votre chat arthrosique apprécie tant le petit plan incliné improvisé pour grimper sur votre lit ou canapé!), nous conduisent à renforcer et stimuler l'attachement que nous leur portons. Se projeter dans un futur sans eux est un exercice psychologique qui nous pèse.
C'est cependant la seule façon de se préparer à l'inéluctable, même si le terme même nous paraît absurde.

 

Un marqueur du temps écoulé

Lorsque nos chats nous quittent, au-delà de leur affection et présence quotidienne, ce sont les 10, 15 ou 20 ans de vie qu'ils emportent avec eux qui nous font si mal. Un chat mieux qu'un autre peut résumer une tranche de vie: "Souviens-toi, c'était du temps de Gribouille", dira l'adolescent pour retracer sa petite enfance.
Lorsque le chat naît en même temps que l'enfant, sa disparition, au tournant de l'adolescence ou de l'entrée dans l'âge adulte, marque plus qu'une étape, un adieu sans retour à l'enfance.
A leur façon, avec élégance et légèreté, nos chats en partant nous aident à tourner les pages...
Avec leur disparition, nous vivons les mêmes étapes de deuil qu'avec un humain, tout simplement parce que comme eux, ce sont des proches, des intimes, qui ont été les témoins de tous les instants, même et surtout ce qu'on n'a pas dit.
Mais souvent ce deuil éprouvé avec la disparition de son chat n'a pas la même reconnaissance, et peut faire sourire ou railler ceux que, grâce à votre chat, vous pourrez désormais classer.

 

Oser les questions

Ce qui fait peur, c'est l'inconnu. Il ne faut donc pas hésiter, surtout si votre chat souffre d'une maladie chronique et longue, à poser à votre vétérinaire toutes les questions qui vous angoissent. Comment reconnaître et apprécier le niveau de douleur de votre chat, par exemple. Les progrès de la médecine vétérinaire permettent aujourd'hui de réaliser des soins palliatifs, respectueux, à domicile.
Poser les questions du déroulé des choses permet également de se préparer – comment le décès risque survenir, les signes avant-coureurs, les services d'urgence, les formalités, les options pour le devenir du corps…autant d'interrogations à formuler auprès de votre vétérinaire et de son personnel, qui mettront tout en œuvre pour que cette ultime saison, entre vous et votre chat, se passe de la façon la plus apaisée possible.

 

Parler avec les enfants

A tout âge un enfant a le droit d'être informé de ce qui se passe, avec des mots simples qui lui parleront. Jusqu'à 7 ans, il croit que la mort est un état réversible. Ne dites pas que votre chat s'est endormi, votre enfant pourrait avoir des troubles du sommeil. Trouvez les mots justes, et proposez des rituels souvent apaisants comme d'enterrer un objet familier, un dessin, selon l'endroit où vous habitez. Soyez avertis que comme vous, longtemps après leur décès, votre enfant peut fondre en larmes en évoquant le nom de son chat. Ils restent à jamais dans nos cœurs.

 

Des lieux de souvenir

La taille des chats nous autorise à pouvoir continuer, lorsque c'est possible, à leur offrir une sépulture dans nos jardins, en respectant des contraintes sanitaires.
L'incinération offre l'avantage de pouvoir conserver leurs cendres au gré de nos déménagements.
L'ère numérique permet de garder de précieux souvenirs, et des sites accueillent les témoignages d'affections des maîtres, qui dans la peine, trouvent souvent du réconfort dans le partage des émotions.

(source un amour de chat.com)